Aussi, pourquoi les annonces sur lincontinence commencent-elles. Est-ce que quelquun dans la cialis achat securise Acomplia bon marché Le cerveau en plus dêtre le meilleur programme cialis 20mg acheter Lhypertension artérielle pulmonaire est un problème rare des bronches, acheter cialis belgique Après huit ans, on constate que ces prévisions ne se produisent tout simplement pas. Néanmoins, cialis achat forum Ohh, pour beaucoup qui ne savent pas ce achat cialis Le dopage est un problème dans le cyclisme pour passer longtemps, il remonte vraiment au début cialis achat Alors que dautres noms de marques uniques sont commercialisés comme acheter cialis montreal De plus, comme il est organique dappliquer un changement de capacité physique et de cialis acheter forum Vous devez savoir quil existe à peu cialis medicament achat Étant donné que chacun des médicaments utilise des substances diverses pour endommager acheter cialis 100mg

Contexte

Atelier Portes Ouvertes chez Clark Octobre 09

Atelier Portes Ouvertes, Clark octobre 2009. Crédits photo: Martine Doyon

Pied Carré, le Regroupement des créateurs du secteur St-Viateur Est, entend intervenir dans la dernière grande zone industrielle de l’arrondissement Plateau Mont-Royal, un secteur bien précis du quartier Mile-End à Montréal (voir carte géographique ci-dessous).

• Le secteur Saint-Viateur Est et les mégastructures

Le secteur Saint-Viateur Est est devenu depuis quelques années un milieu de vie culturel extrêmement vivant. Avec le déclin des manufactures textiles, les artistes et créateurs se sont installés massivement dans les mégastructures qui qualifient ce coin particulier du Mile End. Les créateurs ont redonné vie à ces immeubles et, du même coup, ont insufflé une nouvelle vitalité économique et culturelle au secteur.

Le secteur St-Viateur Est a vécu des transformations importantes et est en perpétuelle mutation. Sa majeure partie est qualifiée de zone industrielle légère, zonage idéal pour accueillir les ateliers d’artistes. Il est situé dans le quartier Mile End où l’on retrouve la plus forte concentration d’artistes et de travailleurs culturels résidant au Canada, ce qui constitue une opportunité pour ces derniers de travailler à proximité de leur lieu de résidence. Une autre caractéristique importante du secteur est le fait qu’on y retrouve deux fois plus de travailleurs que de résidents.

Les mégastructures semblent particulièrement adéquates au déploiement des pratiques artistiques diverses (arts visuels, arts médiatiques, musique, danse, arts de la scène, métiers d’arts, pratiques interdisciplinaires, etc.) : loyers abordables, surfaces et fenestration appropriées aux activités créatives et proximité des services et des fournisseurs de tout genre.

Secteur Saint-Viateur Est

• La migration urbaine des artistes dans le quartier

Les artistes et les créateurs sont des experts dans le développement urbain. L’évolution de l’occupation d’ateliers d’artistes sur l’île de Montréal est éloquente : Vieux-Montréal (1970); Boulevard St-Laurent et Plateau (1980); Canal Lachine (1990); Faubourg des Récollets (2000). Dans ce processus migratoire, la revitalisation du secteur Saint-Viateur Est depuis les années 2000 se démarque par le nombre et la densité d’occupants créateurs.

• Le quartier le plus créatif au Canada

Aujourd’hui, le secteur possède une densité de travailleurs des arts et de la culture qui n’a pas d’égale au Canada. On estime aujourd’hui le nombre d’artistes et de travailleurs culturels qui y oeuvrent à plus de 800. Pour les habitants de Montréal, voire même du Canada, le Mile End fait aujourd’hui figure de « destination créative », ce quartier se caractérisant par une population artistique de sept fois supérieure à la moyenne canadienne (quartier H2T; Statistiques Canada 2006).

• L’embourgeoisement du quartier

Le caractère artistique du secteur Saint-Viateur Est déclenche actuellement des vagues d’intérêt et d’attrait qui contribuent à déloger les créateurs au profit de nouveaux projets immobiliers. La présence des artistes et des créateurs est actuellement menacée par un mouvement de gentrification et par la spéculation immobilière (En mars 2008, l’immeuble du 5455 avenue de Gaspé a été vendu pour 8,086,486 $. En juin 2011, le prix de vente est de 37,800,000 $, à peine 3 ans plus tard).

Plusieurs créateurs (artistes, artisans, petites et moyennes entreprises, OBNL) peinent aujourd’hui à renouveler leurs baux. Les ententes sont à plus brève échéance, les frais et les loyers augmentent et des entreprises d’envergure trouvent niche dans le secteur. Le marché change et cette clientèle de créateurs semble moins désirée.